Wauquiez, Tartuffe ou l’Imposteur.

« Il est de faux dévots ainsi que de faux braves. » Acte I, scène 6 : Le Tartuffe ou L’imposteur.

 

Laurent Wauquiez, président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, est en train d’accomplir un exploit : faire allégeance à l’Union européenne tout en se faisant passer pour souverainiste dans les médias nationaux. Au commencement, Laurent Wauquiez est Young leader de la French Américan Foundation (FAF), promotion 2006 1. En politique, son parcours est impressionnant 2 : président des Républicains et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, il semble avoir réuni toutes les qualités qui feraient de lui un nouveau président de la république. Ces derniers commenceront, au bout de quelques mois, à regretter l’ancien président qu’ils avaient pourtant dégagé avec perte et fracas après cinq ans de mauvais et déloyaux services.

Cette publicité est d’autant plus incroyable qu’elle ne propose pas de préférence nationale, mais bien régionale, mettant fin à la solidarité nationale consubstantielle à la France. La région Auvergne-Rhône-Alpes applique la préférence régionale pour ses entreprises, chose interdite par le droit européen car elle contrevient au principe d’égalité de traitement et de non-discrimination des candidats aux appels d’offres publics. Mais les présidents de région ont cru trouver la parade qui permettrait de  passer entre les mailles du filet en incluant des critères environnementaux, sociaux ou sanitaires dans les appels d’offre de marchés publics, théoriquement ouverts à toutes les entreprises des pays membres de l’UE mais qui, dans les faits, avantageraient les entreprises locales. Certains diront que c’est très bien, applaudiront même, mais cela ne change rien au fait que nous élisons des filous qui se jouent des lois, tels des banquiers véreux ou ces patrons de start-up (jeunes pousses ?) qui laissent couler leur affaire après un coup de bourse. Il est bien loin le temps où la France était souveraine et responsable.

Le plus grave n’est pas tant que les présidents de nouvelles régions soient devenus des magouilleurs, mais que la préférence régionale soit en train de mettre des frontières à l’intérieur de la France tout en minant les frontières nationales. L’unité et la solidarité nationale sont mises à mal par le système imposé par l’Union européenne, ce à quoi les présidents de région collaborent sciemment, contre leur patrie : la préférence régionale se met en place en Corse, à l’île de la Réunion, dans la région PACA, à la Ville de Paris et en Nouvelle Calédonie. Bientôt toutes les régions de France se feront une guerre économique dans la libre concurrence européenne démembreuse de notre pays.

Nous pourrions penser que la préférence régionale peut ralentir le libre recours aux travailleurs détachés, mais il n’en est rien. C’est un cautère sur une jambe de bois. La question n’est pas tellement de savoir si c’est une bonne chose ou non que de tricher pour avantager une entreprise régionale dans la libre concurrence européenne. Il nous faut prendre un peu de recul et nous insurger de voir les politiciens français consentir à leur servitude tout en s’employant à tricher comme des mauvais élèves le jour de l’examen. Quelle honte de voir les dirigeants français se comporter comme des laquais fiers de leur roublardise ! Mentalité d’esclave.

L’Union européenne travaille à l’implosion de la solidarité nationale en imposant la concurrence des territoires et des travailleurs, détachés ou non. La Clause Molière l’illustre très bien.

 

Tartuffe et la clause Molière :

La clause Molière3 a consisté à imposer la connaissance de la langue française sur les chantiers publics en inscrivant ce critère dans les appels d’offres afin de barrer la voie aux travailleurs détachés. Adoptée le 9 février 2017 par la région Auvergne-Rhône-Alpes, la clause a été très vite retoquée  par le Tribunal administratif de Lyon et par le Conseil d’État. Ce dernier a considéré qu’elle “constitue une entrave à la libre circulation” telle qu’édictée par Bruxelles.

Il était évident que cette clause allait contrevenir aux traités européens et qu’elle serait fatalement interdite, mais elle a permis au sémillant président de la région Auvergne-Rhône-Alpes de passer pour un souverainiste. On apprend beaucoup en matière de fausse opposition lorsqu’on appartient à la French American Foudation.

“Pour tromper l’opinion, Wauquiez a le secret. On courtise l’Union, dans le dos des Français. On trahit la nation, en prétendant l’aider, Feignant leur protection pour en faire des laquais.”

Cette clause fit la risée des journaux. Pour autant, je n’y ai pas trouvé la raison profonde à toutes ses moqueries. Certains titres expliquent, avec raison, que la clause prétend lutter contre les travailleurs détachés, mais qu’un travailleur immigré qui s’intègre et apprend le français dans son lieu de travail sera tout autant exclu qu’un travailleur détaché. Aucun grand journal n’a cru utile d’expliquer à ses lecteurs que l’Union européenne est conçue, dès le départ, sur le dogme de la libre circulation des travailleurs, soit sur la liberté d’exploiter les travailleurs détachés, ce qui veut dire qu’il est hors de question qu’une quelconque clause linguistique attaque le dogme. Laurent Wauquiez ne l’ignorait pas. Ce n’a été pour lui qu’une opération de communication, comme l’a expliqué Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, qui en mars 2017, a estimé cette mesure « purement électoraliste » et « scandaleuse ». Le même Philippe Martinez qui propose une autre Europe, basée sur une harmonisation des règles communautaires en matière de protection sociale et de sécurité.

L’art de se moquer du monde n’est pas l’apanage de la droite conservatrice, on se débrouille très bien à gauche aussi pour berner les Français. L’UE étant irréformable, ça ne mange pas de pain de vendre aux Français l’idée d’une « autre Europe », qui n’adviendra jamais. C’est même une excellente manière d’être élu.

Dans la série “Je me paye la tête des Français”, un an plus tard, M. Macron s’est rendu dans les anciens pays de l’Est pour livrer, disait-on, une croisade contre la concurrence déloyale autorisée par la directive des travailleurs détachés. A son retour, il a été encensé par la presse française, bien qu’il soit revenu bredouille. L’UE ne changera pas pour faire plaisir au président de la République française. L’Article 48 du Traité sur l’Union européenne stipule que l’accord unanime des États membres est requis pour changer ne serait-ce qu’un paragraphe d’un traité, ce qui n’arrivera jamais tant les intérêts des ces Etats sont divergents. Alors quand un Laurent Wauquiez, un Philippe Martinez ou un Emmanuel Macron proposent une « autre Europe », ils se moquent des Français avec un cynisme incroyable.

Tartuffe ou l’imposteur : Il faut tout changer à l’Europe mais l’article 48 du TUE empêche tout changement de l’Union Européenne.

 

Wauquiez : Européisme et régionalisme derrière les projecteurs. Souverainiste pour le bon peuple.

Nous avons déjà traité la question de « Eusalp », l’Eurorégion qui devrait phagocyter Auvergne-Rhône-Alpes et la noyer dans une méga-région de 48 cantons ou régions dans 7 pays. L’on voudra bien se référer à l’article publié dans le blog de l’UPR Auvergne 4.

Voila l’Europe de demain, les nations disparaissent et laissent place à des gouvernances régionales ignorées des peuples, basé sur la mise en concurrence de chacune d’entre elles.

Reprenons cet exemple pour prouver qu’on parle bien de compétitivité des territoires. Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans un discours prononcé quand il a quitté la présidence des « Quatre moteurs » de l’UE, disait ceci :

« Je suis très attaché à l’idée européenne et pour cela, je suis convaincu que les Quatre Moteurs doivent perdurer et se renforcer » [...] « Avec les Quatre Moteurs c’est une certaine idée de l’Europe que nous défendons : une Europe pragmatique, une Europe puissante. »

L’Europe des régions riches qui écrasent et siphonnent les industries des régions pauvres ou l’Europe du chacun sa gueule et je t’…

Comme toujours chacun parle de son Europe à soi… et l’Europe est toujours présentée comme une belle idée, jamais comme une technostructure supranationale.

« Promouvoir l’Europe des Régions, qui est la vocation de cette entente, c’est pour moi promouvoir une Europe concrète et pragmatique, une Europe de projets, au plus proche de ses territoires. » 
Laurent Wauquiez, sur le site des Quatre Moteurs de l'Europe

Malgré cela, la presse française ne cesse de le désigner d’euro-critique ou de souverainiste, et les Français l’adorent pour ça !

 

Les Quatre Moteurs de l’Europe, quand le régionalisme européen travail loin des projecteurs.

Voici l’Europe des régions qui vont de l’avant, vers la destruction de la cohésion nationale. L’UE saura toujours remercier ses meilleurs serviteurs le temps voulu.

En 2017, Laurent Wauquiez est arrivé au terme  de son mandat à la présidence des Quatre Moteurs de l’Europe. Bon élève, il aura fait sa part dans la stratégie européiste qui pulvérise les nations pour les réduire en régions interconnectées à Bruxelles. A la présidence des Quatre Moteurs de l’Europe, succédant à Carles Puigdemont, Laurent Wauquiez a plaidé pour « permettre un renforcement des actions communes des quatre Régions, notamment auprès de l’Union européenne ».

Les Quatres Moteurs de l’Europe.

Quel est le sens d’une telle alliance hormis que les régions riches n’aiment pas être freinées par la redistribution nationale ?

Juste avant de quitter la présidence tournante en 2017, il prônait la compétitivité des territoires. Peut-on être meilleurs élève de Bruxelles ? Où est la solidarité nationale ? Où est la France ? Pour qui travaille le président de “La Région” ?

Mise en concurrence des territoires, régionalisme européen, destruction de la souveraineté de la France sur son propre pays. Et Laurent Wauquiez est encore considéré comme eurosceptique ?

Il est peut-être malaisé de comprendre l’esprit du journalisme de notre époque. La mise au placard comme le départ négocié des esprits lucides va bon train dans les rédactions, qui s’ingénient à faire passer Laurent Wauquiez pour autre chose qu’un eurolâtre servile et zélé. Faudrait-il y voir une forme d’inventivité qui confine à l’affabulation ?

 

“On ne construit pas l’Europe contre l’avis des peuples”

Pour ne pas construire l’Europe contre l’avis des peuples, il suffit qu’il n’en sachent rien. Wauquiez est bien un parfait Young Leader américain.

Laurent Wauquiez a voté oui au TSCG, à la constitution européenne de 20055 alors que les Français ont voté non. Mais Laurent Wauquiez se moque du choix référendaire des Français puisqu’il vote pour le Traité de Lisbonne en 2007, alors que ce traité est un copier coller de la constitution européenne refusée par les Français deux ans plus tôt ! Que faut-il de plus aux journalistes pour comprendre que l’homme qui s’est réclamé de Molière, avec une clause du même nom, incarne le Tartuffe dû au génial auteur du XVIIe siècle ? Cela coule de source, mais les plumitifs ne semblent pas avoir fait le rapprochement.

Laurent Wauquiez a osé dire “On ne construit pas l’Europe contre l’avis des peuples.” Et pourtant, après que les Français eurent voté non au référendum sur la constitution européenne, il oeuvra pour qu’elle leur soit imposée par le traité de Lisbonne. Idem pour Eusalp, idem pour les Quatre Moteurs de l’Europe. Dans leur majorité, les Français ne veulent pas de ce modèle mais se laissent facilement duper par la manipulation et les manœuvres politicardes.

Laurent Wauquiez semble promis à un bel avenir, il représente parfaitement la démocratie de la duplicité. Complaire aux Français sous les projecteurs et les soumettre à Bruxelles en douce. Pourquoi aucun grand média ne parle de Eusalp ou des Quatre Moteur de l’Europe ? Ignorance ou complicité ?

Il nous faut méditer cette phrase de Nietzsche : “Ce qui ne tue pas rend plus fort”, en la complétant par l’adage :“le ridicule de tue pas”. Pour Laurent Wauquiez, le ridicule semble le rendre fort.

 

Conclusion :

L’UPR-Auvergne tient à dire sa stupéfaction devant le traitement médiatique réservé à Laurent Wauquiez, le politicien qui brade son pays à Bruxelles mais qu’on fait passer pour le défenseur de la souveraineté nationale. Imposture qui consiste à tromper les Français afin de les amener à voter contre leurs convictions.

Voilà des décennies que les politiciens extorquent la voix des Français pour mieux les trahir, avec la complicité des médias, à mille lieues du travail sérieux qui met en avant l’honnêteté et la probité en politique et dans le journalisme. La prétendue “affaire” Laurent Wauquiez en est le parfait exemple, que nous importe de connaître les piques qu’il a lancé contre telle ou telle personalité ? Les Français devraient savoir qui est Laurent Wauquiez, ce qu’il fait dans Eusalp et dans les Quatre Moteurs de l’Europe pour enfin pouvoir comprendre ce qui fera.

Mais puisque l’UE est une prison des peuples et que nous y sommes apparemment enfermés, nous ne pourrons voir que des politiciens mentir et rivaliser de tromperie quand ils nous surinent encore et encore le discours de « l’autre Europe ». Laurent Wauquiez en est un parfait exemple.

 

Mathias Masclet

Membre du Bureau national de l’UPR

Délégué régional pour l’Auvergne.

 

(1) : Fiche wikipédia des Young Leaders de la FAF : https://fr.wikipedia.org/wiki/French-American_Foundation

(2) Laurent Wauquiez est sorti major de l’ENA promotion Mandela (1999 – 2001). Il devient maire de la ville du Puy-En-Velay et en fait son fief pour progresser vers le pouvoir. En 2004, protégé du très européiste Jacques Barrot et suppléant de ce dernier à l’Assemblée Nationale, il brigue le poste de député que son mentor est obligé de lâché puisqu’il est élu député européen. Voilà Laurent Wauquiez député bien-élu avec 62.38% des voix dans la première circonscription de Haute-Loire. De là, une carrière politique impressionnante s’ensuit : secrétaire national de l’UMP, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et… président des Républicains.

Fiche wikipédia de Laurent Wauquiez : https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Wauquiez

(3) : Page wikipédia de la clause Molière : https://fr.wikipedia.org/wiki/Clause_Molière#Origine

(4) : Article de l’UPR Auvergne de mars 2016 : http://www.upr-auvergne.fr/lauvergne-dans-eusalp-communique-de-presse-du-21032016/ (5) : Le TSCG complète la règle d’or qui interdit un déficit annuel de plus de 3 % aux nations. Règle folle car une nation doit pouvoir être excédentaire et déficitaire selon les années afin d’assurer sa sérénité. C’est donc une politique d’austérité qui réduit le rôle de l’état et qui conduit aux privatisations à marche forcée et à la baisse des dépenses publiques. Le TCE est le référendum de 2005 sur la Constitution européenne. Le traité de Lisbonne est cette forfaiture qui consiste à imposer le même traité malgré refus des Français lors du référendum de 2005.

(6) : Page wikipédia de la French Américan Foundation : https://fr.wikipedia.org/wiki/French-American_Foundation