Retour sur la manifestation du 1er mai de l’UPR.

Bonjour,

Voici un résumé de la manifestation du 1er mai de l’Union Populaire Républicaine.

Cette manifestation fut un franc-succès. Le cortège avait à sa tête un semi-remorque, sur lequel étaient installés deux écrans géants, qui ne pouvait laisser indifférents les parisiens.

C’est au total un cortège de 3400 à 3500 personnes qui commençait place de la République pour arriver place de Châtelet. 3400 personnes, soit un dixième de la manifestation unitaire !

Certains adhérents pensaient que manifester de son côté était une erreur, j’étais moi-même dans le doute. Mais devant ce raz-de-marée au couleur de l’UPR, il était évident que les organisateurs avaient fait le bon choix. Nous pouvons tous les remercier grandement car l’organisation était impeccable.

Antoine Lubrina, adhérent de l’Allier qui a toute sa vie participé aux luttes sociales, précisait très justement qu’il y a très longtemps qu’un tel cortège basé sur un programme limpide n’a pas eu lieu.

C’est un fait qu’il faut souligner. Les mouvements de contestation sont la plupart du temps un immense fourre-tout dans lesquels on trouve des communistes, des socialistes, des autoritaires, des libertaires et des sociaux libéraux ; des européistes, des partisans d’une autre Europe (et oui, il y en a encore…) et des opposants à l’Union européenne. Cette division discrédite complétement les manifestations qui ne deviennent plus que des rassemblements de façade.

La manifestation de l’UPR ne souffrait aucune ambiguïté, chaque participant était là pour la même raison. Sortie de l’UE de l’Euro et de l’OTAN. Retour au programme du Conseil National de la Résistance réactualisé pour notre époque. Le clip officiel le montre :

« Europe -soumission, Frexit – solution ! »

 

 

3400 personnes, est-ce beaucoup ? 

Certains se souviennent comme moi des premières manifestations contre l’allongement de la durée des cotisations retraites en 2002 et 2003, qui réunissaient un monde fou. La manifestation de l’UPR pouvait sembler bien modeste à côté. Mais il faut se rendre compte de l’état de déliquescence et d’abattement de la société française d’aujourd’hui. Cette année, le premier mai unitaire à Paris réunit seulement 30 000 à 40 000 personnes !

Les médias et les gouvernements depuis 20 ans ont méthodiquement poussé le peuple à la résignation en refusant toute forme de dialogue et en imposant les directives européennes au forceps. Dans cet effondrement de la société française, soigneusement médité par les grands médias, l’UPR est en pleine croissance et chaque année accomplit ce qu’elle n’aurait pas pu faire l’année précédente.

Dans cette atmosphère où la population baisse les bras et accepte la défaite et soumission de la France, réunir 3400 personnes sous les couleurs d’un parti politique sur un programme clair, donc conçu pour durer, est un exploit. Nos manifestations ne sont pas des réclamations, elle ne sont pas non plus des réactions à telle ou telle loi, elles sont la preuve vivante de la volonté toujours plus grande des Français de se libérer du carcan européen.

 

La statue de la place de la République, elle représente Marianne, épée à la ceinture. Une couronne végétale et un bonnet phrygien la coiffent, elle brandit un rameau d'olivier, symbole de paix qui est utilisé dans le logo du l'UPR. Le fait qu'elle brandisse la paix, épée à la ceinture nous rappelle que la paix demande des armes, imposer nécessite une menace potentielle. Comme si la statue voulait nous dire que le livre des Droits de l'Homme qu'elle tient dans sa main gauche ne pouvait être respecté que si une puissance était assez forte pour imposer la paix. C'est un message pour notre mouvement.

La statue de la place de la République représente Marianne, épée à la ceinture. Une couronne végétale et un bonnet phrygien la coiffent, elle brandit un rameau d'olivier, symbole de paix qui est utilisé dans le logo de l'UPR. Le fait qu'elle brandisse la paix, épée à la ceinture nous rappelle que la paix demande des armes comme menace potentielle face à une agression. Comme si la statue voulait nous dire que le livre des Droits de l'Homme qu'elle tient dans sa main gauche ne pouvait être respecté que si une puissance était assez forte pour imposer la paix. C'est un message pour notre mouvement, les droits de l'Homme comme ceux du travail s'accompagnent du devoir de les protéger.

 

En Auvergne : 

Ce sont 25 auvergnats qui ont répondu à l’appel national de ce premier mai, 19 ont pris le bus.

Nous avions réservé un autocar 30 places, mais ce dernier ne voulant pas démarrer, la compagnie nous a donc gratifier d'un car de 60 places. Nous étions censé être presque au complet, mais vu que nous avons demandé un seul chauffeur, le car partait du Puy-en-Velay à 4h30 du matin pour revenir le lendemain même heure ! Certain adhérents travaillant le lendemain n'imaginaient pas arriver au travail après une telle épreuve. Nous avons essuyé les plâtres, la prochaine manifestation sera l'occasion d'inviter les autres délégations à nous rejoindre, ce qui permettra un prix plus faible pour un bus avec deux chauffeurs ! Nous rentrerons donc avant minuit.

 

Couverture médiatique et leçons à tirer :

Notre couverture médiatique fut comme toujours extrêmement faible, mais malgré cette censure, nous progresson irrémédiablement. Nous sommes donc en train de libérer la France envers et contre toute une oligarchie qui assène sur nos compatriotes une propagande de plus en plus infâme. Le temps presse et nous allons nous organiser rapidement pour être plus opérationnels que jamais pour les élections européennes de mai 2019.

Le 1er mai 2019 de l’UPR sera juste avant les élections européennes, il sera, à n’en pas douter mémorable !

Voici notre couverture médiatique, à l’échelle des médias principaux, seul BFM nous a consacré 30 secondes sans même montrer le cortège et en désignant « François Asselineau comme président de L », si je vous assure :

blob:http://www.bfmtv.com/4b55d1c5-5cb2-415b-bfa9-b7f69860c362

On sent un respect profond et un professionnalisme sans faille.

Russia today, s’est fendu d’un twitt :

Nous apparaissons dans le Journal du mercredi de TV Liberté à 19 minutes et 30 secondes :

Bref, l’UPR prouve encore une fois qu’elle est la hantise de l’oligarchie qui contrôle les médias en France. Pourtant François Asselineau a lancé un appel de paix, de justice sociale et de concorde des classes, un appel à la protection du travail, à la liberté de la France et au respect du droit international. Un appel dans la droite ligne du Conseil National de la Résistance.

Il faut croire que les possesseurs des grands médias n’aiment guère ce genre de discours. Pourtant, le fait que BFM nous fasse passer prouve que l’ampleur de notre mouvement les contraint à nous faire passer de temps en temps. Ce qui laisse augurer d’une amélioration progressive de notre visibilité sur les grands médias.

En attendant, chaque jour de plus en plus de personnes connaissent l’UPR et découvrent le piège mortel qu’est l’UE pour notre pays. C’est pour l’UE comme pour l’UPR une course de fond qui consiste pour l’une à détruire la France avant qu’elle ne renaisse, et pour l’autre à faire renaitre la France avant qu’elle ne soit plus qu’un lointain souvenir de liberté dans l’empire du nouvel ordre mondial souhaité il y peu par Macron.

 

Mathias Masclet

Délégué régional pour l’Auvergne

Membre du Bureau national.

 

Remerciements : 

Je mets les remerciements à la fin, mais il faudrait les mettre au départ, car sans ceux que je vais remercier, il ne se serait tout simplement rien passé.

Tout d’abord, un immense merci venu d’Auvergne pour les organisateurs nationaux qui n’ont pas démérité !

Je tiens à remercier au nom de l’UPR tous les adhérents qui ont répondu à l’appel : Chantal, Henri, Bruno (63), Emmanuel, Yvan, Pierre, Fabien, Denis, Jacques, Romain, Édith, Rosemary, Michaël, Camille, Roselyne, Patrice, Wendy, Bruno (43), Jean-Pierre, Romain, Marie-Claire et Antoine.

Merci à Michelle, Chantal, Dominique, Charlène, Judicaël et Guy d’avoir fait un don à l’UPR alors que vous ne pouviez venir à Paris.

Une pensée aussi pour ceux qui voulaient venir mais travaillaient le lendemain, ainsi qu’à ceux qui nous ont envoyé un mot d’encouragement en disant qu’ils étaient de tout cœur avec nous, faute de ne pouvoir venir.

Un grand merci pour les organisateurs locaux de cette manifestation. A savoir :

Michaël Quinty, délégué du Puy-de-Dôme,

Éric Lafont, délégué de Haute-Loire

Henri Knauf, chef de la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme pour les nombreux appels téléphoniques qu’ils ont passé.

Merci à Édith Paradis, déléguée départementale de la Lozère de nous avoir rejoint.

Merci aussi à Brigitte pour s’être proposé d’organiser le cortège UPR à Clermont-Ferrand pour les adhérents qui ne pouvaient pas se déplacer à Paris. Merci à Ahmed Ghlamallah, délégué de l’Allier pour avoir organiser la manifestation sur Moulin pour ceux qui ne pouvaient monter à Paris.