Passez de bonnes fêtes bien méritées !

Le soleil est au plus bas et s’apprête à remonter, c’est le moment de regarder l’année que nous venons de parcourir. Et ce ne fut pas un long fleuve tranquille !

Il y a un an, nous étions dans les préparatifs des présidentielles, des préparatifs bien éprouvants puisqu’encoreaucun parrainage n’avait été obtenu en Auvergne, ce n’était pas faute d’avoir essayé.

En un an nous avons bravé deu

x élections majeurs, ceux qui ont une bonne mémoire doivent se souvenir du

moment où ils ont appris que l’UPR se lançait dans l’aventure des présidentielles et des législatives ! Nous étions 14 000 adhérents, nous sommes presque 30 000 !

Réunir 500 parrainages était LE défis de l’année, mais à peine réalisé il s’agissait de trouver les 577 candidats et les 577 suppléants pour les législatives ! Ceci tout en recouvrant la France entière d’affiches, bien entendu.

Et nous l’avons fait, nous avons accompli un exploit. Ce n’est pas de l’autosatisfaction de notre part, ce sont nos adversaires qui l’ont eux même fait comprendre :

  • Rappelons-nous les « intellectuels » qui ont malheureusement un avis sur tout, même sur ce dont ils ignorent l’essentiel : Michel Onfray, tantôt brillant, tantôt décevant, a trouvé bizarre que François Asselineau ait ses 500 parrainages. « On lui les a donnés » a t-il dit. Le système qui nous censure depuis dix ans aurait subitement voulu voir l’UPR sur le devant de la scène ? La vérité, c’est que personne n’imaginait que nous parvenions à présenter notre Président comme candidat.
  • « Comment faites-vous pour être aussi efficaces à l’UPR ? S’il vous plait, laissez-nous quelques affiches, ne les recouvrez pas toutes ! » A lâché un militant insoumis à Yanis et Bernard lors d’un de nos raids sur Clermont-Ferrand. Idem en Haute-Loire où notre délégué départemental s’est retrouvé devant un « insoumis » déprimé par notre efficacité.
  • Toujours en Auvergne, France Bleu Auvergne finit par nous appeler pour parler de notre affichage à Clermont-Ferrand : https://www.youtube.com/watch?v=X1MJmq6mnoo. Joséphine explique, que c’est l’espoir qui nous donne le cœur à l’ouvrage !

Alors que nous accomplissions notre travail de fourmis, François Asselineau et son équipe se lançaient dans l’élection phare de la politique française. Comment oublier le rassemblement de La Villette du 25 mars 2017 ?

Comment ne pas féliciter et admirer le courage de l’équipe de campagne qui, face aux millions d’euros dépensés en face, se démenait sans compter leur temps alors qu’elle n’était même pas payée au smic ? Et combien de militants et de cadres derrière, tous bénévoles ? Peut-être ne faudrait-il pas rentrer dans ses détails, alors que c’est la caractéristique de l’UPR ? Les militants et les cadres n’ont rien à gagner, le Bureau national est bénévole et l’UPR vit grâce à ce désintéressement et à cette ardeur qui contrastent tant avec le mercenariat cupide de notre temps.

Alors que notre candidat passait d’émission en émission, nous préparions aussi les législatives. Et dans cette urgence, nombre d’entre nous regardaient les interventions de notre président en imaginant que la France entière l’avait vu.

Il n’en était rien, les Français avaient été encore une fois pris dans le piège des grands candidats et le modique temps de parole constitutionnellement concédé à notre président ne changea rien à l’affaire.

Le résultat fut terrible : 0.92% des voix. Il nous fallut plusieurs mois pour encaisser et comprendre que nous avions marqué, comme le dit la célèbre citation de Churchill :  « la fin du commencement » de l’UPR. Mais nous progressons irrémédiablement, malgré une censure quasiment totale, voila ce qui doit rester gravé dans notre cœur : l’ascension et la volonté d’indépendance d’une nation qui progressent chaque année contre une propagande du renoncement.

Puis les législatives ne se firent pas attendre, il fallait recouvrir l’Auvergne d’affiches. Après les résultats décevants nous avions un peu moins de cœur à l’ouvrage mais n’avions-nous pas rejoint l’UPR en connaissance de cause ? Nous savions que le combat serait de longue haleine. Nous avons fait une belle campagne, mais nous nous sommes adressé à l’intelligence des Français alors que le système médiatique les relègue systématiquement à l’émotionnel, voir aux réflexes pavloviens.

  • Ahmed Ghlamallah sur RCF :

  • Bernadette Pierry et Grégory Pautrat sur Jordan FM :

  • La Haute-Loire n’était pas en reste avec un excellent article sur Françoise Sarret et Michaël Masclet sur le journal principal de Haute-Loire, l’Éveil :

http://www.leveil.fr/puy-en-velay/politique/legislatives-2017/2017/06/08/francoise-sarret-et-michael-masclet-candidats-de-lupr_12435729.html

Et puis les cinq candidats du Puy-de Dôme :

Nous pouvons tous regretter notre manque de préparation ainsi que notre manque de moyens. Mais nous sommes le parti qui a présenté le plus de candidats en France et nous sommes parvenu à nous faire connaitre des Français.

Cette année 2017 fut éprouvante, pour ne pas dire harassante. Et nous pouvons être fiers de nous, de l’exploit accompli. Nous avons porté à bout de bras l’UPR sur la scène nationale. Cette entrée aurait dû nous donner une notoriété publique et nous ouvrir les portes des grands médias. Mais aujourd’hui plus que jamais, la laisse du pouvoir se tend sur le journalisme et ceci devrait nous redonner du cœur à l’ouvrage, car l’urgence de libérer notre pays est chaque jour plus pressante.

L’équipe territoriale auvergnate vous souhaite de passer d’excellentes fêtes ! Elles sont plus que méritées. Encore un IMMENSE merci à ceux qui ont donné de leur temps, de leur argent, de leur énergie pour libérer notre pays !

Vive l’UPR et vive la France !

Excellente fêtes de fin d’année !

UPR Auvergne.