L’UPR RATERAIT-ELLE SON CONCOURS D’ENTRÉE A L’ENA ?

Ce petit billet fut écrit en réaction à un article du Nouvel Observateur :

http://tempsreel.nouvelobs.com/poli...

« Pauvreté des idées », « conformisme » Enfin ! Le jury de l’ENA ne supporte plus la pensée unique des candidats au concours de l’ENA. À moins que ce ne soit l’inverse…

Sans honte, le jury du concours d’entrée à l’ENA se plaint que :
"Les candidats donnent le sentiment de présenter l’Union européenne comme un ordre établi qui ne pourrait être différent. La plupart d’entre eux témoigne d’une absence de sens critique et d’une incapacité ou d’une absence de volonté à imaginer d’autres modes de fonctionnement."

Les « sachants », semblent ignorer, ou feignent d’ignorer l’article 48 du TUE, qui impose l’unanimité des 28 États membres pour déplacer une virgule dans un traité.

Par delà l’absurdité de l’évaluation, on remarque surtout que les jeunes qui entrent à l’ENA savent que l’Union Européenne est une prison des peuples et des nations, et que cette dernière ne changera pas d’une virgule. La propagande, qui avait si bien fonctionné lorsque la classe politique a convaincu le peuple français de se tirer une balle dans le pied pour le traité de Maastricht, ne fonctionnait déjà plus beaucoup en 2005 lors du referendum sur constitution européenne. Aujourd’hui, même les jeunes prétendants à l’ENA savent bien que cet ordre supranational est un mécanisme auto-bloquant… Savent-ils qu’il fut conçu intentionnellement ainsi au plus grand bénéfice des États-Unis, des multinationales et de la finance ? Espérons-le. Espérons surtout que ces jeunes générations ne finiront pas corrompues et corporatistes comme les anciennes.
Les anciennes générations devaient être bien plus considérées par le jury, puisqu’elles devaient déjà connaitre le fameux slogan de l’autre Europe !
"On a l'Europe qu'on veut, on a l'Europe qu'on mérite ! Façonnons l'Europe selon nos désirs." Note : 15/20.

L’UE est une prison immuable, ce secret de polichinelle semble être de pus en plus admis partout en France, sauf lors du concours de recrutement de l’ENA.

Comment s’étonner alors que le jury se lamenter : « De plus, nombreux sont ceux qui expriment des idées préconçues ne correspondant pas à l’Europe réelle. » Il s’agirait donc de raconter les bons mensonges sur l’Europe ? La présenter telle qu’elle, est une faute grave. Alors prenez garde cher prétendants énarques, racontez un mensonge qui réunit tous les critères de la propagande… Pardon, de la vérité de l’heure, sinon vos père vous excommunieront.
Le jury désire peut-être une analyse mélodramatique : l’Europe est une chance, mais ces contradictions internes sont une véritable menace. Faute quelle puisse parler d’une seule voix, l’Europe n’arrive plus à répondre aux problèmes que la mondialisation nous impose. Afin de préempter l’avenir et retourner sur des bases opérationnelles, l’Europe n’a peut-être d’autres choix que le déclin ou le fédéralisme… Tadam !
L’exercice est pourtant simple, il suffit de reprendre le discours de n’importe quel politicien LR-PS pour connaitre la sacrosainte veritas europa. Le plus amusant est de remarquer que le Jury s’insurge devant « une prudence excessive ou une incapacité à prendre de la hauteur face aux questions impliquant une réflexion personnelle.
Le jury se rend-il compte que les étudiants baignent depuis le landau dans la soupe du politiquement correcte, que les « imprudents », ceux qui refusent de répéter bêtement ce qu’il faut dire, furent écartés d’années en années, pour ne laisser que la fine fleur des malins ayant compris que le summum de l’esprit français reconnu depuis quelques générations, est un art du caméléon. l’UPR raterait peut-être son concours d’entrée à l’ENA. Ses analyses sur l’UE « donnent le sentiment présenter l’Union européenne comme un ordre établi qui ne pourrait être différent. »

L’autre Europe. Est-ce cela, messieurs les jurys, le préalable pour intégrer l’ENA ? Dans ce cas là, rebaptisez-la en école nationale de la collaboration.

 

Mathias Masclet
Délégué UPR pour l’Auvergne
Article de 22 mars 2016