La lois des séries… Après Anna Lindh, l’assassinat troublant de Jo Cox.

(Cet article date du lundi 20 juin 2016, mais il semble n’a pas été retranscrit sur le blog lors de sa création, nous l’ajoutons donc un peu tardivement.)

 

 

La lois des séries… Après Anna Lindh, l’assassinat troublant de Jo Cox.

François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine, dans un entretien du 8 juin 2016 sur Radio Sputnik, a prophétisé, en des termes généraux, l’assassinat de Jo Cox 8 jours plus tard : https://www.youtube.com/watch?v=mDaiYYb993Q (1). Dans sa conférence « Faut-il avoir peur de sortir de l’Euro » (2), il pointe du doigt l’assassinat étrange d’Anna Lindh en 2003 juste avant le jour du vote référendaire sur l’adoption de l’Euro par la Suède.

Que doit-on penser de ces meurtres en série ?

Je vous laisse juges de la situation. L’assassinat de Jo Cox (3) est-il le fruit du hasard ou est-ce un événement profond structurel ? (5) Je vais montrer les similitudes troublantes entre l’assassinat de Jo Cox et celui de Anna Lindh, ministre du travail assassinée en 2003 durant la campagne du référendum sur l’adoption de l’Euro en Suède. J’appelle évènement profond structurel ces évènements étranges et jamais sérieusement résolus, trop vite classés ou jamais classés, avec un immense manque de transparence, et dont l’enquête n’est absolument pas à la hauteur du drame. Souvent la symbolique prend le dessus sur le réel, et l’événement est instrumentalisé à des fins inavouables.
Jo Cox a été assassinée le jeudi 16 juin, une semaine avant le jour du vote sur le référendum du Brexit. C’est un drame et je déplore ce genre de violence, je le déplore d’autant plus que cette mort peut influer le destin du Royaume-Uni, et plus largement la liberté en Europe toute entière. Mais regretter sincèrement ce meurtre, comme chaque meurtre, n’empêche pas de penser et de penser avec le recul de l’histoire.

A gauche, Jo Cox; A droite, Anna Lindh toutes deux égéries de l’UE assassinées juste avant un référendum crucial sur l’UE, toutes deux érigées en martyres de l’Union européenne.

Entre l’assassinat de Jo Cox et celle d’Anna Lindh, il existe d’étranges similitudes :

  1. Jo Cox fut assassinée le 16 juin 2016, une semaine avant le vote du référendum pour ou contre la sortie du Royaume-Uni de l’UE, Anna Lindh fut assassinée le 10 septembre, poignardée, et meurt le 11 septembre 2003, trois jours avant la date du référendum sur l’adhésion à l’euro en Suède le 14 septembre 2003
  2. Elles étaient toutes deux des femmes, l’une députée Anglaise, l’autre ministre des affaires étrangères suédoise. Ces deux femmes étaient plutôt jeunes, élégantes et souriantes. Elles étaient toutes deux mères de famille. Photogéniques et aimables, leur mort est donc aisément utilisable pour en faire des martyrs de l’Union européenne. Ce que je dis peut paraitre cynique, mais ce n’est pas moi qui ai utilisé leur mort à des fins de manipulation politique.
  3. Les deux furent tuées par des tueurs isolés. Anna Lindh, d’après l’enquête, par un homme fou, ou tout du moins déséquilibré : Mijailo Mijailović. Il prenait alors de nombreux médicaments et, quelques jours avant le meurtre, avait cherché en vain de l’aide auprès d’un service psychiatrique. Il affirme avoir agi sans motif, il disait avoir aperçu «par hasard» la ministre faisant des courses avec une amie dans un grand magasin de Stockholm, sous le coup d’une impulsion dictée par «une voix intérieure» qui lui avait ordonné «en yougoslave» d’agresser la jeune et populaire ministre, qu’il poignarde d’une dizaine de coups de couteau aux bras, à la poitrine et à l’abdomen, avant de s’enfuir. Jo Cox, il est encore un peu tôt pour en parler, mais elle fut aussi tuée à coups de couteau, et par balle. Son meurtrier, Thomas Mair, selon le Southern Poverty Law Center, association américaine basée en Alabama, le tireur identifié avait une « longue histoire avec le nationalisme blanc ». D’après des archives obtenues par ce groupe de défense des droits, « Thomas Mair était un partisan dévoué de l’Alliance nationale, qui a été pendant des dizaines d’années l’organisation néo-nazie la plus importante des États-Unis », assure le groupe sur son site Internet. La personne la plus détestable qui soit donc, et qui plonge dans la confusion et l’amalgame l’esprit des gens influençables qui peuvent imaginer (et certains dans les médias vont les aider, nous pouvons leur faire confiance) que la sortie de l’UE aurait des mobiles racistes haineux et inavouables. Mais plus troublant encore, Thomas Mair, d’après ses voisins, serait aussi un “malade mental”. Ils évoquent aussi son « passif de maladie mentale », pour lequel il avait suivi un traitement.
  4. La campagne référendaire fut interrompue mais le référendum maintenu. Normalement, soit les obsèques se font dans la plus grande discrétion, soit on reporte le référendum. Mais dans un cas, ni dans l’autre, nous avons vu la moindre once de probité. A chaque fois, les obsèques ont permis de travailler symboliquement les foules par ce fameux procédé d’identification à la victime si bien illustré par le slogan “Je suis Paris”, “Je suis Belge”, “Je suis Charlie”. Si les meurtres sont horribles, ce n’est pas pour cela qu’il faille s’identifier à la victime. Mais bien plutôt dénoncer et empêcher ces meurtres infâmes. Quoi qu’il en soit, nous observons à chaque fois une récupération des cérémonies en mémoire des victimes, tentant de faire pencher dans le camp européen le peuple touché par l’horreur du crime.

Dans la famille récupération politique, je voudrais :

« Notre idéal démocratique a été visé » Manuel Valls, grand amateur de 49.3…
« La jeune députée Jo Cox tuée parce qu’elle défendait l’Europe. Son assassin criait « Britain first ! ». Le fanatisme nationaliste mène au pire » François Bayrou
« Un jour dévastateur, dévastateur pour notre démocratie » Gordon Brown
« l’hommage qui est dû (à Jo Cox) au nom de tous ceux qui dans ce pays chérissent la démocratie, la liberté de parole et d’expression politique » David Cameron
« attaque contre l’humanité, l’idéalisme et la démocratie » The Guardian. Rien que cela !
Et pour couronner le tout : « La supposition est que cet événement tragique va faire basculer les indécis dans le camp du maintien et peut-être même inverser la dynamique dont a fait preuve le camp du Brexit dans les sondages », a jugé Mike van Dulken, analyste chez Accendo Markets. Quelle chance pour les immenses intérêts qui veulent voir le Royaume-Uni rester dans l’UE !
Non seulement, il me semble obscène d’expliquer que le meurtre d’une haute personnalité est une horreur sans nom lorsque l’on se moque éperdument qu’un pauvre, un parfait inconnu se fasse assassiner à coup de couteau par un fou… Dites-le franchement, la députation donne le sang bleu ! Mais le comble réside dans cette tartuferie qui consiste à faire passer ce crime comme politique, comme une atteinte à la liberté d’expression et que sais-je encore. Comme si Jo Cox, qui semblait représenter parfaitement l’establishment transatlantique, était une terrible opposante qui risquait sa vie pour ce qu’elle disait. Il n’en est évidemment rien, et tout porte à croire qu’elle fut tuée par un fou, que l’assassinat n’a donc rien à voir avec une attaque contre la splendeur immaculée de l’humanité, de la démocratie, de la paix, de la liberté d’expression et de l’Europe.
La question qui demeure est de savoir si ce fou a été guidé par la fameuse main invisible du marché… des opinions. L’affaire est trouble, d’autant plus trouble que voici ce qu’a affirmé au Daily Telegraph Scott Mair, le frère de l’assassin. « J’ai toujours du mal à y croire. Mon frère n’est pas violent et n’est pas du tout politisé ». Il semblait aimer le jardinage et aider ses voisins, pour un terrible activiste qui prépare un crime politique on a vu mieux… Il faudra donc que le “Southern Poverty Law Center” montre les preuves que l’homme était bel et bien un néo nazi… Se pourrait-il que cet institut étasunien ait tout inventé pour salir le camp du “be leave in Britain” ? L’hypothèse de la folie est vraiment plus vraisemblable, mais il faut accabler le camp du “leave britain” et l’assimiler à “Just Britain” qui est apparemment le parti raciste qu’adorait Thomas Mair, d’après le Southern Poverty Law Center… La machine à amalgames fait toujours aussi bien son travail. Et comme en 2003 une ignoble récupération politique va pouvoir se faire pendant que les opposants à l’Europe se verront interdits de s’exprimer.

Göran Persson, premier ministre Suédois, utilisant la mort de Anna Lindh à des fins de manipulation politique.

Que faut-il en Conclure ?

Il faut tout d’abord se garder d’imaginer que nous connaissons tout à l’affaire. Et si notre cœur penche vers l’hypothèse d’assassinats à des fins de manipulation de l’opinion publique, il nous faut garder la tête froide et accepter l’ampleur de notre ignorance dans cette histoire. Mais les chances que ces choses proviennent du hasard sont infiniment faibles. Nous avons donc plusieurs hypothèses :
  1. Nous avons affaire à une affaire trouble, mais la malchance produit parfois des séries d’évènements incroyables. Deux assassinats la semaine avant le vote d’un référendum concernant l’Union européenne, les possibilité statistiques sont terriblement faibles, mais elles peuvent arriver. Cette hypothèse est donc la moins probable.
  2. Ce dont nous sommes sûrs, c’est que la récupération politique est honteuse et systématique. Que la campagne se voit à chaque fois arrêtée et que les obsèques font toujours une promotion dissimulée et mensongère de l’UE. L’UE devient par ces procédés trompeurs, la lutte contre l’extrême droite isolationniste et criminelle. Mais les Anglais, comme nombre d’Européens, ne se laissent plus tromper et savent que l’UE est une nouvelle prison des peuples.
  3. Si c’est un assassinat politique commandité par l’État profond de l’empire transatlantique. Alors nous pouvons conclure que ces derniers sont prêts à tout pour garder l’UE telle quelle est, car ils savent que si le Royaume-Uni sort, alors l’Union se transformera en un château de cartes. Bien que cette hypothèse soit la plus probable il est de notre devoir de garder à l’esprit que nous n’avons pas encore de preuve.

Que faire ?

Nous pourrions demander une enquête poussée, mais les services secrets dissimuleront systématiquement les preuves s’ils ont quelque chose à se reprocher. Nous sommes donc presque certains que l’affaire s’arrêtera là, et que la mort de Jo Cox servira pour une propagande Européiste obscène et certainement pas pour tenter de trouver les commanditaires ultimes, si nous avons en effet affaire à un événement profond structurel. Tant que ce pouvoir atlantiste restera en place, nous aurons certainement encore affaire à des meurtres et des attentats étranges, utiles et jamais profondément résolus. Alors que faire en France ? Opter pour un changement d’alliance géostratégique majeur et sortir des griffes de l’aigle, sortir de l’UE et de l’OTAN et recouvrir notre liberté.

Mathias Masclet

Délégué régional de l’UPR Auvergne
LUNDI 20 JUIN 2016
Sources :
(1) Presque interdit en France, François Asselineau est très écouté en Russie, cette vidéo youtube ( https://www.youtube.com/watch?v=mDa… ), est tirée de l’entretien du président de l’UPR sur Radio Sputnik du 10 juin 2016 : https://fr.sputniknews.com/points_d…Radio Sputnik a bien évidement demandé une nouvelle interview suite à la réalisation de la prophétie du chef de l’UPR : https://fr.sputniknews.com/points_d…
(2) La conférence en question se trouve sur youtube, cette adresse vous amène de suite au référendum suédois sur l’adoption de l’euro et à l’assassinat d’Anna Lindh : https://www.youtube.com/watch?list=…
(3) L’assassinat de Jo Cox, déjà bien récupérée par le figaro. http://www.lefigaro.fr/internationa…
(4) Si vous vous intéressez aux évènements profonds structurels de l’État profond américain, je ne saurai trop vous conseiller la lecture du livre “L’État profond américain” de Peter Dale SCOTT.