La majorité du bureau national de l’UPR demande à M. Asselineau sa démission.

Dans une lettre destinée à M.Asselineau la majorité du bureau national demande à M. Asselineau de venir s’expliquer sur des accusations, non sans fondement, d’harcèlement sur des membres du parti.

Voici la lettre:
https://www.youscribe.com/BookReader/Index/3135254/?documentId=3702845

Voici la réponse de M. Asselineau:
https://www.youscribe.com/BookReader/Index/3134729/?documentId=3701827

Cela a débouché sur des publications dans la presse:
https://www.lefigaro.fr/politique/l-upr-veut-debarquer-son-chef-francois-asselineau-20200421

https://www.sudouest.fr/2020/04/22/rififi-au-sein-de-l-upr-pousse-a-la-demission-francois-asselineau-dement-des-accusations-de-harcelement-7431064-710.php

https://www.valeursactuelles.com/politique/lupr-exige-la-demission-de-son-fondateur-francois-asselineau-118440

https://fr.news.yahoo.com/lancien-candidat-%C3%A0-pr%C3%A9sidentielle-fran%C3%A7ois-132534948.html?guccounter=1

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ca-barde-a-l-upr-francois-223580


Quand il s’agit de parler en mal de l’UPR la presse n’est jamais très loin.

Les adhérents ont reçu cette information du bureau:
«En effet, une lettre a bien été envoyée par une très large majorité de cadres de l’UPR, représentant notamment une majorité au Bureau national, une majorité de délégués régionaux, ou encore 7 des 8 premiers candidats aux élections européennes de 2019. Les signataires ne sont en outre pas des adhérents récents (certains le sont depuis 2007) et l’accusation d’infiltration est ridicule et insultante eu égard aux milliers d’heures consacrées par ceux-ci pour la promotion de nos idées. Quand bien même chacun de nous doit à François Asselineau la création de l’UPR et ses analyses pointues sur l’Union européenne, nous vous invitons à réfléchir au fait que les signataires n’auraient pas envoyé une telle lettre sans raison.

En effet, depuis peu, le Bureau national dispose d’éléments graves qui pourraient nuire aux intérêts de l’UPR. Cependant, nous n’avons jamais souhaité, et ne souhaitons pas, que cela soit étalé sur la place publique, d’où notre délai pour vous informer. Nous ne pouvons pas fermer les yeux.

Il est indispensable que M. Asselineau s’explique rapidement auprès du Bureau national en interne, conformément aux statuts, afin d’éclairer les décisions qui doivent être prises pour sauvegarder l’honneur et la droiture de l’UPR.»

Souhaitons beaucoup de sang froid au bureau national et personnellement je les remercie d’avoir choisi la voie verteuse.

Pierre Pontier