Censure ou amateurisme ? Communiqué de presse de l’UPR Auvergne suite à la venue de François Asselineau au sommet de l’élevage.

Suite à un communiqué de presse annonçant la venue de François Asselineau au sommet de l’élevage, suite à l’appel systématique des principaux médias, radios, chaines télé, et journaux, nous n’avons reçu que de très polis refus.

 

 Cette situation est inacceptable et témoigne encore une fois d’une censure médiatique généralisée pour les véritables opposants politiques. Voici donc le communiqué de presse que chaque média auvergnat vient de recevoir.

 

Nous pouvons dès lors vous dire que les principaux médias refuseront de relayer l’information alors que des petits médias aux moyens moindres feront un article de qualité, que ce dernier nous soit favorable ou défavorable d’ailleurs. Sommes-nous des voyants ? Non, nous connaissons comment marche la presse Française, et à qui elle appartient.

 

En vous souhaitant bonne lecture.
Mathias Masclet

 

Communiqué de presse de l’UPR Auvergne

N’ayant pas pu vous rencontrer, voici une synthèse de la venue de François Asselineau au sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand. Nous espérons

Continuer la lecture de Censure ou amateurisme ? Communiqué de presse de l’UPR Auvergne suite à la venue de François Asselineau au sommet de l’élevage.

==François Asselineau SE RENDRA LE 4 OCTOBRE AU SOMMET DE L’ÉLEVAGE À CLERMONT FERRAND==

Le Président de l’UPR et ancien candidat à l’élection présidentielle sera présent sur place à partir de 14h et ira à la rencontre des agriculteurs et éleveurs, dont le niveau de vie s’appauvrit mois après mois, pour leur manifester son soutien.

Il rencontrera également les adhérents et sympathisants de la délégation régionale de l’UPR en fin de journée au restaurant la hutte gauloise en haut du très symbolique plateau de Gergovie.

 

– L’émission de TV AGRI commence à 15h à l’intérieur du Zénith.
– La réunion publique sera à 18h 30 à la Hutte gauloise.
– Nous mangerons autour de 21h 30, réservation au préalable.

PROPOS SUR LA SYRIE ET SUR LA FRANCE

Dans la voiture qui nous ramenait hier (vendredi 14 juillet 2017) de Lorlanges et au hasard de la conversation engagée avec mes compagnons de route, qui commentaient les propos tenus lors de notre banquet annuel, un vieux souvenir de lecture est revenu à ma mémoire. J’ai hésité à en faire part sur le moment, sachant combien est diverse l’opinion professée par cet échantillon de la société que nous constituions le temps d’un trajet.
Le soir, survolant les nouvelles qui parvenaient du Proche-Orient via la Toile, ce souvenir de lecture, que je crois devoir à Ernest Psichari, en fut ravivé. Je cite de mémoire :
Lorsqu’une nation cesse de se penser en nation, elle cesse effectivement d’exister comme une nation. Lorsqu’un peuple cesse de croire à sa force, il cesse d’être un peuple fort.

La nation comme la force est peut-être une illusion, pourrait-on me dire. Mais quelle importance ? C’est cette illusion qui fait accomplir les exploits et les belles actions. Si cette illusion disparaît, c’en est fini de cette nation et du peuple qui la compose, qui aura perdu toute estime de lui-même. Voilà pourquoi, me semble-t-il, qu’il faut entretenir cette illusion comme une partie des plus précieuses dont les êtres sont constitués. A défaut, ils ne sont plus que des eunuques, stériles et voués à disparaître.

J’admire la Syrie de Bachar Al-Assad et les Syriens restés dans leur pays pour lutter à ses côtés. C’est parce qu’ils se pensent en nation qu’ils tirent de cette pensée la force qui leur a permis de résister à la cruelle guerre qui leur a été injustement livrée, d’en inverser le cours et bientôt, espérons-le, d’en triompher.
A ces héros syriens opposons les Français qui ont cessé de se penser en nation et qui ne se conçoivent plus que fondus dans un magma informe dénommé Union européenne. Espace ouvert à tous les vents mauvais et où le titre de gloire est décerné à celui qui se déclare le plus honteux de l’histoire de son pays et de sa gloire passée. Un espace peuplé en fin de compte d’eunuques portant haut la marque de leur avilissement.
En France, l’accueil réservé au président Donald Trump en a fourni un signe supplémentaire.

Que vive donc la Syrie, nation forte et consciente de sa force !

 

Ahmed Ghlamallah

Délégué départemental de l’UPR pour L’Allier.

Pour que la France ne revive pas l’horreur du 14 juillet 2016.

Ce mois de juin 2017 a encore été marqué par des attentats en Angleterre et par d’autres tentatives d’attentats en France.

À l’UPR, nous présentons, à la différence de ce que prétendent certains, une solution pour combattre l’islamisme radical en France. Cette solution consiste à combattre le communautarisme tout en étant fiers de la richesse et de la diversité culturelle qu’abrite notre pays. L’UPR conçoit cette diversité comme participante à une seule communauté, la communauté nationale, à l’opposé du travail de sape auquel des politiciens se sont livrés pour briser l’unité nationale, selon le principe de diviser pour régner. Mais reformer une unité nationale ne se fera pas si la France participe à toutes les guerres impériales de l’OTAN. Comment demander à des Français d’origine étrangère de s’assimiler alors que nous bombardons leur pays d’origine ?

Dans une émission radiophonique du 14 mars 2017, sur Europe 1, Thomas Sotto, animateur d’une matinale qui lui offre selon le Canard enchainé, un salaire rondelet de 37 938 euros par mois, a lancé une boutade en décrivait M. Asselineau comme « l’homme qui veut sortir ». Oui, nous sommes derrière l’homme qui veut sortir ! Qui veut sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN. Il est important de préciser ce dernier point car nous sommes souvent moqués par les médias qui nous qualifient de parti xénophobe et ringard, voulant la faillite de la France en prônant le retour au franc. Cet aspect de la sortie de l’OTAN n’est pas un détail puisqu’il s’agit de recouvrer la souveraineté nationale de la France et de l’exercer aux plans militaire et géopolitique.

En effet, les terroristes ont pris pour cibles principalement des pays occidentaux, tous membres du Traité de l’Atlantique Nord, excepté la Russie – elle-même victime d’un attentat à Saint-Pétersbourg, le 4 avril dernier.

L’OTAN compte 28 pays membres. Établie en 1949, elle comptait douze membres fondateurs : Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. D’autres pays sont devenus membres ultérieurement : Grèce et Turquie (1952), Allemagne (1955), Espagne (1982), République tchèque, Hongrie et Pologne (1999), Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie (2004), Albanie et Croatie (2009).

Historiquement et pour faire bref, le projet de ce traité est né entre 1947 et 1949, l’Europe occidentale et les États d’Amérique du Nord se sont alliés afin de faire face à la menace militaire du bloc soviétique pendant la guerre froide. Que cette menace soit un prétexte ou une menace réelle, peu nous importe ici. L’OTAN est donc une alliance conçue dans un but de persuasion militaire, or les menaces que faisait peser la guerre froide ont pris fin en 1991. Nous pouvons, à juste titre, nous poser la question suivante : l’OTAN est-elle encore légitime ? Évidemment, la réponse est non.

L’OTAN se présente aujourd’hui comme une alliance de justiciers invoquant la morale et comme l’organe parfait de régimes démocratiques. En fait, elle intervient militairement : «(…) Les membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies (..) » extrait de l’article 10 du pacte, Le Pacte interdit les guerres d’agression.

Nous observons pourtant une présence des soldats de l’OTAN à durée indéterminée sur les théâtres de guerre comme le montre l’exemple de l’Afghanistan, où environ 12 000 hommes stationnent, majoritairement des soldats américains, alors que la guerre est officiellement terminée depuis le 28 décembre 2014. Présence aussi en Irak alors que la guerre s’est terminée le 18 décembre 2011. Ne parlons pas de la présence au Kosovo, en Méditerranée et au large de la Corne de l’Afrique.

L’OTAN est devenue un bloc de nations alignées derrière les intérêts américains. La France, sortie de l’OTAN, retrouvera une politique diplomatique et militaire souveraine et indépendante. Cela nous évitera de participer à des coalitions militaires internationales visant à ramener des nations à l’age de pierre. La guerre déclenchée en Syrie, ou la « coalition internationale » déclare s’attaquer au « régime de Bachar El-Assad » alors qu’elle ne fait qu’armer des terroristes et vise à détruire un pays souverain. Cette guerre, depuis 2011, a fabriqué l’Armée syrienne libre ainsi que des « rebelles » issus de 49 nationalités, entrés illégalement sur le territoire syrien. Rebelles et terroristes dont un des rôles est d’alimenter des sites internet dédiés à la propagande islamiste.

Voilà comment se renforce le communautarisme et comment notre pays se retrouve avec environ 10 000 suspects, objets de surveillance par les services de renseignement comme l’a indiqué la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) dans son rapport d’activité 2015/2016.

Pour y mettre fin, il est essentiel de sortir de l’UE par l’article 50 et aussi de l’OTAN, par l’activation de l’article 13 du Traité de l’Atlantique nord.

Sébastien LACROIX

Rassemblement du 29 juin 2017 contre la réforme du travail à Clermont-Ferrand

Hier, le jeudi 29 juin 2017 nous avons formé un petit groupe de militants UPR afin de participer au rassemblement de lutte sociale dénonçant la réforme du code du travail prévue par ordonnance par le président Macron. La manifestation était organisée par la CGT 63 et avait lieu devant la préfecture du Puy-De-Dôme.

Pour tirer un bilan de ce rassemblement et le décrire en un seul mot : « triste ».

Le rassemblement était prévu à partir de 18h, on peut supposer que les organisations syndicales ont choisi cet horaire afin de ne pas perturber la circulation et de permettre qu’il a un maximum de monde de venir puisque 18h, c’est l’heure des fermetures des bureaux et l’horaire de fin de journée de la plupart des fonctionnaires. À vue d’œil et en étant optimiste une centaine de personnes étaient rassemblées dont 95% étaient syndiquées, membres majoritairement CGT , FO mais aussi FSU et UNEF.

Syndiqués ou retraités syndiqués, ces organisations sont tellement désespérées qu’elles ramènent les mêmes vieux briscards cégétistes, les seuls qui, à chaque manifestation sont présents et les 5% restants étaient composés de membres de la « France Insoumise », on a pu apercevoir Alain LAFFONT candidat à la première circonscription du Puy-De-Dôme, quelques communistes, des anarchistes et nous.
Quelle tristesse ! Quelle tristesse de voir qu’aujourd’hui les luttes sociales sont remplies par des anarchistes et des marginaux, je ne dis pas que ces gens n’ont rien à y faire mais qu’ils soient les seuls à remplir ces rassemblements, cela pose un véritable problème. À 18h, 99% des fonctionnaires ou des employés de bureaux ont terminé leur journée de travail, mais évidemment il y avait du vent et 3 gouttes de pluie…

Une question se pose, est-ce normal qu’aujourd’hui nos acquis sociaux soient défendus uniquement par des retraités ou des marginaux ?

Mais ce qui nous a le plus atterré, c’est l’aveuglement de ces syndicats locaux concernant la dictature impériale de l’Union Européenne ! En effet selon eux, ils dénoncent le capitalisme, qu’il soit européen ou français. Ces syndicats qui ont sorti le marteau et la faucille la dernière fois pour la loi El Komri, qui a été passée par l’article 49.3 de la constitution par M. le 1er ministre VALLS, n’ont décidément toujours pas compris !! Ils n’ont toujours pas compris que nos parlementaires français n’ont plus aucun pouvoir, qu’ils soient communistes, socialistes ou LR ! Ils n’ont toujours pas compris que la loi El Komri était un avant-goût de cette ordonnance Macron, dictée par les commissaires européens avec les GOPE ! Selon eux nous sommes ringards, racistes et xénophobes, comme d’habitude, ils confondent tout et ne comprennent plus rien ou font semblant de ne pas comprendre.

J’ose imaginer que les cadres nationaux de la CGT savent de quoi on parle mais resteront muets à ce sujet puisqu’ils faut bien qu’ils prêtent allégeance à l’empire de Bruxelles. On ne peut pas trahir le financeur de ces organisations syndicales avec un budget annuel de 13,950 millions d’euros pour les relations industrielles et le dialogue social et un budget annuel de 18.2 millions, pour les informations et les actions de formation en faveur des organisations de travailleurs, ce qui fait un total de 32.15 millions d’euros versés aux syndicats par l’Union Européenne selon un article Agoravox du 5 janvier 2017, on ne mord pas la main qui nous nourrit !
En espérant qu’il y aura une conscience collective d’ici les prochains mois, afin d’essayer de stopper ce carnage social et moral que nous impose l’UE.

Sébastien LACROIX

Suppléant de la responsable de la première circonscription du Puy-de-Dôme.

LE COMPTEUR LINKY PLUS FORT QUE L’UPR

C’est toute rage contenue que j’ai mis ce titre, que d’aucuns trouveraient provocateur, mais j’espère que ce billet pourra nourrir la réflexion de nos militants.

Jeudi 29 juin, réunion d’information sur les compteurs Linky, à Vichy. Des membres de l’association à l’origine de l’événement étant amis, il était normal de mobiliser nos adhérents pour venir nombreux et leur manifester notre soutien.
Salle comble, plus de monde que je n’aie jamais réuni aux cafés citoyens que j’ai animés, plus de monde qu’au débat du 3 juin entre les candidats aux dernières législatives. De nombreuses personnes debout dans la salleet d’autres, debout aussi,dans la pièce qui fait antichambre. Faute de place, beaucoup ont dû renoncer et partir.

J’ai retenu que cette nouvelle génération de compteurs communicants, comme dit la propagande, n’apporte rien de mieux par rapport à celle qui existe déjà, si ce n’est son obsolescence programmée et une atteinte à la vie privée des usagers. J’ai aussi appris que les compteurs Linky sont prépayés par les usagers qui, souvent à leur insu, payent depuis trois ans la TURPE, la redevance qui a permis de financer ces engins, redevance qui ne figure pas toujours en clair sur les notes qui leur sont adressées par Enedis, ex-EDF. J’ai également retenu que ces compteurs communicants sont autoévalués, c’est-à-dire que leur étalonnage n’obéit à aucun contrôle, celui de l’administration des poids et mesures, par exemple. J’ai enfin appris qu’une directive européenne est à l’origine de la loi 2015-136 du 9 février 2015 sur la transition énergétique, qui valide sans rendre obligatoire l’installation de ces compteurs. Nous avons donc légalement le droit de nous y opposer, mais cela ne suffit pas car il nous faut être vigilants pour déjouer les subterfuges et la stratégie torse déployée par Enedis et ses prestataires de services pour nous les imposer. Un maire d’une petite commune a même fait état de pressions – pour ne pas dire d’intimidation – que la préfecture a exercées sur lui pour que la délibération de son conseil municipal, par laquelle un refus de ces compteurs est proclamé, soit annulée.

Je ne parlerai pas de la surexposition aux ondes électromagnétiques auxquelles nous sommes de plus en plus soumis et que les compteurs communicants vont démultiplier, ni des dommages qu’elles provoqueraint à notre organisme, étant ignorant en la matière, mais des études dont il a été fait état, conduites au Danemark et dans un autre pays de l’UE, je ne me rappelle plus lequel, où ces compteurs sont installés d’office, études qui démontreraient leur impact néfaste sur la santé humaine. Enedis, ENGIE (ex-GDF) et le Système se garderont de vous en informer.
Je parlerai plutôt de l’assistance qui, avide des réponses aux questions qu’elle posait, manifestait une réelle inquiétude et une indéniable préoccupation que je n’ai pas constatées dans mes différentes interventions sur la perte de notre souveraineté nationale et la soumission de notre pays à l’UE.
La conclusion que j’en tire est qu’il nous faut aller vers les électeurs en leur parlant d’abord de leurs préoccupations quotidiennes et de les amener, progressivement, à comprendre que les choses sont liées et, par conséquent, à dévider le fil qui relie le compteur Linky à l’UE et à l’oligarchie.

Pour s’informer sur les compteurs Linky, internet est votre ami, entre autres www.stop-linky-vichy.org

Ahmed Ghlamallah

Délégué départemental de l’Allier

4 très bons articles pour le Puy-de-Dôme

Jamais l’UPR n’a eu autant d’articles localement, et ils n’ont jamais étés aussi bon.

A commencer par l’article qui a fait suite à la conférence de presse des candidats investis par l’UPR dans les cinq circonscriptions du Puy-de-Dôme, à visionner ici : https://www.youtube.com/watch?v=FdWoBLSpM8c

 

Cet article de presse est vraiment très appréciable ! Il montre vraiment l’âme de l’Union Populaire Républicaine. Un grand merci à Arnaud Vernet.

 

Quelques jours plus tard, c’est la gazette de Thiers qui s’est fendu d’un bon article, bien que quelques coquilles s’y sont glissées. Une, toute particulièrement sur la question de la dette et les services publics. Là où Jeanine Laubreton expliquait que l’on ne cesse de dilapider de l’argent et de s’endetter, on rogne en même temps sur les dépenses des services publics. Chose que l’UPR condamne, l’article semble faire comprendre le contraire. Sinon l’article est bon et fidèle sur le fond.

 

La candidature de Charlène Drigeard a aussi été couverte, Christian Fauré est son suppléant. Très bon article de présentation de la candidate, nous ne pouvons que remercier Laurence Couperier pour son professionnalisme.

 

Enfin, ma candidature a aussi été traitée par Laurence Couperier, là aussi avec beaucoup de justesse.

Bref, quatre beaux articles en une semaine ! Ce qui devrait considérablement augmenter la notoriété de l’UPR à l’échelle locale.

 

Mathias MASCLET

Article de l’Éveil sur les candidats de l’UPR en Haute-Loire.

Françoise Sarret, candidate pour la deuxième circonscription de Haute-Loire et Michaël Masclet, candidat pour la première et délégué départemental de Haute-Loire, étaient au siège de L’Éveil ce mercredi 07 juin 2017.

Cet article est arrivé sur la page internet de l’Éveil, mais l’article papier devrait sortir vendredi.

http://www.leveil.fr/puy-en-velay/politique/legislatives-2017/2017/06/08/francoise-sarret-et-michael-masclet-candidats-de-lupr_12435729.html

Les candidats ont bien sur parlé des nombre de sujet, et ne voulant Continuer la lecture de Article de l’Éveil sur les candidats de l’UPR en Haute-Loire.

Ahmed Ghlamallah sur RCF Allier avec Radio coquelicot, mais aussi sur RJFM pour Montluçon.

Ahmed Ghlamallah était invité mardi 6 juin par Radio Coquelicot et RCF Allier.

Ahmed est délégué départemental de l’UPR pour l’Allier et est candidat dans la troisième circonscription bourbonnaise. L’entretien a été enregistré le 31 mai 2017. Aurélie Guillou, qui est sa suppléante, avait accompagné Ahmed.

L’entretien est à écouter ici :

https://rcf.fr/actualite/legislatives-ahmed-ghlamallah-upr-0

 

Il a aussi représenté Céline Dommanget sur RJFM, radio qui couvre Continuer la lecture de Ahmed Ghlamallah sur RCF Allier avec Radio coquelicot, mais aussi sur RJFM pour Montluçon.